top of page
Rechercher

Manger local et de saison

Être acteur du changement, s'approvisionner auprès des producteurs locaux



Pourquoi est-ce si important de consommer les fruits et légumes de saison ?

Car pour cultiver hors saison, il faut recréer les conditions climatiques adéquates – souvent dans une serre chauffée. Une culture sous serre émet en moyenne 10 fois plus de gaz à effet de serre que la même culture en saison, hors serre.

Un exemple marquant : des tomates poussées en saison sous le soleil espagnol, puis importées en Angleterre, pollueraient moins que des tomates cultivées sur place mais sous serre chauffée ! C’est pourquoi, au-delà de consommer local, il faut manger des aliments de saison et qui sont adaptés au climat et à l’environnement local.


En Espagne par exemple, les cultures sont souvent sous serre, sur d’importantes surfaces en monoculture et/ou utilisent des méthodes intensives pour augmenter les revenus. On trouve des photos assez désastreuses de régions espagnoles recouvertes de serres. Ceci pour les cultures de tomates, poivrons et, plus récemment, de mini brocolis, la nouvelle mode. Attention donc lorsque vous faites les courses dans le cadre d’un régime alimentaire durable. L’Espagne n’est pas si loin mais ses méthodes agricoles peuvent être néfastes tout de même… Ses légumes pourraient gâcher vos efforts vers une alimentation écologique.

On fait le même constat dans les pays pour qui l’exportation de produits alimentaires vers les pays occidentaux est une source de revenu majoritaire et doit donc être maximisée à tout prix – c’est-à-dire sans considération pour l’environnement. On retrouve l’exemple ce problème pour plusieurs super-aliments polluants, comme les avocats mexicains, du soja brésiliens ou de la noix de coco du sud-est asiatique.


“Consommer français réduit non seulement l’impact du transport, mais surtout garantit des normes de qualité de production, qu’on ne retrouve clairement pas dans tous les pays, même européens.”

Les saisons

A chaque saison ses aliments !

La naturopathie privilégie l'alimentation vivante et évite les aliments qui favorisent un encrassement de l'organisme.


Le site Amélie.fr préconise : « L’équilibre alimentaire repose sur des repas suffisamment variés. Optez pour une nourriture de saison, peu riche en graisse, sel et sucre. Des repas suffisamment longs, à heures fixes, favorisent aussi une meilleure régulation du corps. MIEUX FAIRE SES COURSES POUR UNE MEILLEURE ALIMENTATION. Choisissez les fruits et légumes, la viande et le poisson selon la saison et leur provenance. Pour manger plus frais, apprenez à composer des menus en fonction des aliments disponibles au fil des saisons, en particulier les fruits et légumes. Cela vous permettra aussi de réaliser des économies. Privilégiez l'utilisation de produits bruts, non transformés, les lieux de production proches de chez vous et les modes de production respectueux de l'environnement. Diversifiez les produits consommés, leur origine et lieu de production : ainsi, l'équilibre nutritionnel est assuré et vous limitez l'exposition aux contaminants présents dans l'environnement. Si vous le pouvez, introduisez dans votre alimentation des aliments bio.»


Le printemps :

Le printemps en naturopathie est la saison du foie et donc parfois d’une « cure détox », qui va nous aider à redynamiser notre organisme et calmer notre système immunitaire.

- Les légumes de saison à l’honneur : artichaut, asperges, épinard, fève, pomme de terre…

- Les condiments qui réchauffent le corps : ail, ail des ours

- Les poissons : anchois, daurade, limande, maquereau, merlan, sole, raie, truite, turbot

- Les fruits : fraises, abricots, rhubarbe


L’été :

Il sera préférable de manger léger et de consommer un grand nombre de végétaux pour compenser la perte hydrique due à la chaleur. Consommer les boissons à température ambiante

- Les légumes de saison à l’honneur : concombre, tomates, poivrons, courgettes, aubergine, haricot vert…

- Les condiments qui réchauffent le corps : oignon,

- Les poissons : daurade, maquereau, merlan, sardine, langouste, truite,

- Les fruits : nectarine, pêches, cerises, melon, pastèque, prunes…


L’automne :

Saison où nous allons travailler à soutenir le système pulmonaire, calmer le stress et construire un système immunitaire solide avant l’arrivée du froid et la baisse de luminosité saisonnière. Période de nettoyage des émonctoires en naturopathie.

- Les légumes de saison à l’honneur : artichaut, blettes, chou, courges, panais, champignons…

- Les condiments qui réchauffent le corps : oignon,

- Les poissons : merlan, langouste, sèche, truite

- Les fruits : pommes, poires, figue, raisin, framboise, kiwi, châtaignes


L’hiver :

L’hiver en naturopathie est une saison qui se prépare. C’est pour cela que nous travaillons l’automne à renforcer le système immunitaire en profondeur pour qu’il soit prêt à attaquer la saison au maximum de ses capacités. L’alimentation : plus elle est sucrée, raffinée ou dévitalisée (issue de l’agriculture conventionnelle), moins le corps est nourri et plus il doit travailler pour essayer d’assimiler les aliments ingérés.

- Les légumes de saison à l’honneur : carotte, pomme de terre, navet, betteraves, chou, fèves, radis noir, topinambour, poireaux…

- Les condiments qui réchauffent le corps : oignon, gingembre, sel

- Les fruits de mer et poissons : coquilles Saint Jacques, huitre, limande, merlan, moules, oursin, raie

- Les fruits : pommes, noix, noisettes, les oranges, les clémentines, les kiwis et les fruits secs


  • Quelles sont les dérives de production intensives ou industrielles ?

  • Quelles sont les limites de nos systèmes alimentaire modernes ?

  • Comment développer des modes de production plus soutenable ?

Les modes de productions façonnent le monde et montrent de nombreuses limites entre vulnérabilité, surexploitation des ressources…

Posts récents

Voir tout
bottom of page